AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 S.H.E [PV Kacey]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri F. Morstorm

avatar

Messages : 389
Date d'inscription : 10/06/2011

MessageSujet: S.H.E [PV Kacey]   Sam 27 Aoû - 2:43



    Spoiler:
     

    Tu ne sais même pas pourquoi. Sous le coup de la colère peut-être, sous le coup de la culpabilité, tu es venu t'enfermer, ici, dans ce lieu vide, réputé pour être hanté, pour être détesté, pour ne plus marcher. Toujours inondés. Et tu n'as pas eu peur de te mouiller les pieds Dimitri, tu n'as pas eu peur pour te cacher, du reste du monde, de ta popularité. Et tu as traversé les couloirs, sans regarder personne, en essayant de ne pas y penser, de ne pas y repenser, de ne pas le revivre. Alors que tu as reboutonné ta chemise, alors que tu es déjà en train de desserrer cette cravate qui appuie ta gorge, qui encourage les larmes à monter. Qui t'encourage à pleurer. Et dès que tu as passé la porte de ces toilettes réservés, à l'époque de leur utilisé, aux femmes, tu vas t'appuyer sur un des lavabos. Tu vas te cramponner à ce qu'il te reste de vie. A ce qu'il te reste tout court. Et les larmes s'échappent. Et tu t'en veux. Et les larmes coulent, alors que tu laisses ta tête tomber un peu, juste de quoi la pencher, juste de quoi ne pas sentir le liquide sur tes joues. Tu préfères les laisser dans les égouts, tu préfères les oublier. Les larmes. Il y avait longtemps que tu n'avais pas pleuré. Assez pour que tu en oublies la douleur. Et tu garde la tête baissée. Tu as peur de te regarder. Dans ce miroir qui te surplombe. Dans ce miroir qui te guette. Tu n'oses même plus ne serait-ce que t'apercevoir. Tu ne veux plus te voir. Tu ne veux plus exister. Tu es juste dégoûté. Tu es juste terrorisé. De toi même, de ce que tu as fait. Et tu n'as plus que la culpabilité. Plus que le dégoût du passé. De ce que tu as fait. Plus que le dégoût de toi même.

    Alors tu te passes de l'eau sur le visage. Tu essayes d'oublier, de te rafraîchir les idées. Mais les larmes continuent de couler. Cassandre. Elle ira jusqu'à te tuer. Cassandre. Jusqu'où es-tu prêt à la détester ? Et tu te demandes.Jusqu'à quel point tu iras la blesser. Jusqu'à quel point tu auras besoin de te faire culpabiliser. C'est trop frais, tu le sais. Après tout, tu viens de la tuer, de l'anéantir dans cette cour, tu viens de lui rappeler, un mensonge, un songe, une simple idée, celle qu'elle n'est pas unique, celle qu'elle se donne trop d'importance. Celle que tu lui donnes trop d'importance. Mais c'est tellement vrai. Mais tout le monde le sait. Pourquoi ne pas le reconnaître, pour ne pas le lui avouer. Et tu tapes le lavabo, rageusement, avant de sentir les larmes revenir. Avant de te cramponner de nouveau à lui. Parce que tu es seul Dimitri. Comme tu ne l'as jamais été. Comme tu l'as au fond toujours été. Fort et entouré avec les autres, faible et seul dès que les regards sont tournés. C'est toi Dimitri, tu le sais. Ni amis, Ni confidents, que des mensonges, que des traîtrises. Et tu ne vaux rien aux yeux de personne, et tu vaux tellement aux yeux de Cassandre. Elle te fait perdre jusqu'à la raison, te fait perdre jusqu'à oublier qui tu es. Alors, tu remontes ton visage sur ce miroir, tu fixes tes yeux rougis quelques secondes, et tu baisses le regard, tu ris ironiquement, et tu te dis que tu l'as cherché. Que tu as joué trop prêt du feu, trop près du dangereux, et qu'elle a gagné, cette définitive perdante. Que la reine est maîtresse de sa partie.

    Et tu ne réagis qu'enfin. Ton regard remonte vite sur le miroir, reflétant ton visage pâle, reflétant tes cheveux blonds. Et reflétant un arrière plan vide. A une exception près : Une silhouette que tu connais. Quelqu'un que tu as déjà vu. Une simple connaissance de. Cassandre. Sa meilleure amie, si tu as compris, peu importe, elle t'a vu ici, et rapidement, presque instinctivement, tu te retournes, et tes larmes sèches laissent des traces sur ton visage, et tu trouves la force de sourire. La force de mentir. Encore. Et tu te sais ridicule. Et tu sais qu'elle va te planter, qu'elle va te couler, encore plus. Qu'elle va te tuer, cette inconnue. Mais tu ne sais pas comment réagir, maintenant qu'elle t'a vu, cette inconnue. Tu ne sais pas comment t'en sortir, maintenant qu'elle t'a connu, cette inconnue. Alors tu souris. En biais. E, diagonal. Un sourire habituellement charmeur. Un sourire habituellement dragueur. Un sourire qui ne reflète que de la souffrance dans ces conditions, sans que tu ne t'en rendes compte. Et si tu avais eu un pouvoir utile, si tu avais pu te téléporter, partir loin d'ici, te terrer si pieds sous terre, si tu avais pu ne serait-ce que t'enfuir, tu l'aurais fait. Parce que tu es terrorisé, Dimitri, de voir qu'on t'a vu, toi, pleurer. Qu'on a loupé le Dimitri Populaire, qu'on a assisté au Dimitri meurtrie.Et pour la première fois, tu te sens à nu, tu sais que tu fais pitié. Et tu te hais, encore plus. Toujours plus. Ton ton est froid. Tes paroles cassantes. Et tu souris pourtant. Toujours. A jamais. Faire semblant.

      Dimitri ; Je ne savais pas que j'étais suivi. Autre chose à faire ici ? Non ? Casse toi.

    Et c'était dur. Et tu culpabilises déjà. Peu importe. T'es déjà une sorte de monstre au visage parfait, une sorte de démon qui ne doit pas culpabiliser. Le méchant qui ne fait que débuter dans sa carrière, qui ne se remet pas encore tout à fait de ses meurtres. Tu te vois comme ces serpents pas encore prêts à chasser tout seuls, mais qui laissés abandonnés, n'ont plus le choix. Alors tu choisis la violence. Alors tu choisis de provoquer. C'est le meilleur moyen de se défendre. Mieux que de se justifier.



« Imagined that from the outside. I was scared, as much as Ron in Harry potter in front of spiders. I didn't know how I had to act. My all body hurted. I didn't succeed to think. Crying, I went against her. Crying, I apologized in a murmur. Crying, I kissed her. » ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuutsu.tumblr.com/
Kacey V. Ethelan

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: S.H.E [PV Kacey]   Sam 27 Aoû - 14:15

    La salle commune des Faithbees. Un endroit que Kacey pouvait apprécier de nuit, en petit commité, mais en aucun cas durant l'après midi ou en début de soirée, quand tous s'y réunissait, s'y amusaient, une société, un monde qui la dépaçait, dont elle ne pouvait faire partie. Alors elle sortait. Vagabondait dans ces couloirs élevés du quatrième étage, laissant son regard se balader par les fenêtres, observer la vie du parc, de la cour, tout ce monde. Et elle s'adossait à une colonne, laissait la solitude la submerger, ce calme apaisant, et pourtant ce trou béant dans sa poitrine. Elle avait choisi, depuis bien longtemps, de vivre de cette façon. Seule. Elle ne pouvait regretter un choix si important. Et pourtant...

    Des élèves passent, bavardant tranquillement, baissant la voix en voyant sa silhouette appuyée contre le mur, ses yeux fermés, se demandant si la vipère s'est endormie. Mais elle fait semblant, simplement pour ne pas avoir à les voir, à les savoir, à reconnaitre leur présence dans ce couloir, leur existence même. Et lorsque les bruits de pas s'éteignent enfin derrière elle, elle reprend son chemin. A la recherche d'un lieu silencieux. D'un endroit où personne ne pourra la juger. Où elle pourra être elle-même, se laisser aller, sans avoir à supporter les regards extérieurs.

    Mais elle ne s'attendait pas à voir une autre vérité, une autre personnalité que la sienne un peu plus démasquée, dévoilée. Alors qu'elle passe devant ces toilettes depuis longtemps abandonnés, aux rumeurs de fantômes, dont personne n'ose s'approcher, elle entend des bruits de coups, quelques sanglots à peine étouffés. Une drôle de surprise, alors qu'elle laisse la curiosité prendre le dessus, une fois de plus. Elle passe par la porte entrebaillée, la ferme doucement, sans un bruit, derrière elle. Et regarde.

    Ces larmes qui coule, cette eau sur son visage, cette expression misérable, le remord et la tristesse qui engloutissent son regard habituellement pétillant, son sourire amusé, il n'en reste qu'une grimace et des yeux brouillés. Il la voit, enfin, alors qu'elle est là depuis quelques minutes déjà, et se retourne en raffichant son air fier, son air de Morstorm. Mais il sait bien que l'illusion de ce pauvre sourire ne marchera pas.

    Ils sont tous deux tellement différents de la dernière fois qu'ils se sont vus. Elle, peu soignée, ses cheveux en pagaille, des habits banals, qui ne la mettent pas du tout en valeur, son quotidien. A l'exception de son humeur, tourmentée, blessée, fatiguée. Lui, sans son air arrogant, sans son air princier, royal. Il est descendu de son trone, se croyant seul. Et c'est évident qu'il est blessé d'avoir était vu, pris sur le fait, et il se montre agressif, peur pour sa popularité, son image. Et elle n'écoute même pas ce qu'il dit, parce qu'elle s'en fiche, elle se contente de le regarder, toujours, sans le juger, mais ses yeux posent cette question que ses lèvres ne formulent pas. Est-ce vraiment ce que tu veux, Dimitri, t'isoler dans ta douleur, retenir tes pleurs.

    Et Kacey ne bouge pas. Ne bougera pas. Elle n'a rien à faire ici, mais lui non plus, pas plus qu'elle, encore moins qu'elle.


    (ton deuxième gif m'a tué, saleté)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri F. Morstorm

avatar

Messages : 389
Date d'inscription : 10/06/2011

MessageSujet: Re: S.H.E [PV Kacey]   Jeu 1 Sep - 8:25

    Et tu la fixes. Et tu souris. D'un vrai sourire, presque attendri. Mais tu ne dis rien, tu sais juste que c'est la petite protégée de Cassandre, tu sais juste que cest la Viper de cette fameuse soirée. Et tu te demandes pourquoi elle, pourquoi maintenant. Tu te demandes pourquoi est-ce que la meilleure amie de la cause de ton malheur vient te retrouver alors que tu pleures. Et l'espace d'un instant tu te dis putain, la vie est mal faite. Et elle reste immobile. Elle ne semble pas vouloir partir. Elle ne semble pas vouloir te laisser à ta solitude, à tes larmes, à tes pensées. Comme si quelque chose la retenait. Comme si tu la retenais. Elle n'a pourtant pas la réputation d'être quelqu'un d'adorable. D'être quelqu'un qui s'attache aux autres, qui veut les aider. De ce que tu sais d'elle... Non, tu ne sais rien d'elle. Juste que tu préférerais qu'elle ne soit pas là, juste que tu préférerais qu'elle ne sache pas. Que toi aussi, tu pleures. Comme ces gamins désespérés. Comme ces filles désespérées. Et tu préférerais qu'elle ne sache pas, que toi aussi, tu as un coeur. Tu as choisi de cacher ce qu'il y a en toi de meilleur, tu as choisi de rester caché et de ne surtout pas te révéler. Un choix lourd à peser, mais un choix faits, un choix que tu avais choisi de respecter, de suivre au pied de la lettre. Et elle est là, en face de toi, pour tout gâcher. Et pourtant. Pourtant tu n'arrives pas à en vouloir à ces yeux bleus qui te fixent, à cette silhouette fine qui te regarde. Tu n'arrives pas à la détester, alors que tu ne sais faire que ça.

    Ton sourire s'efface. Tu restes normal. Les larmes ont cessé de couler. Les larmes ont toujours honte de se montrer. Les tiennes sont timides et rares, peut-être précieuses. Et tu sais juste que tu ne lui en veux pas, à elle qui se tient devant toi. Et tu sais juste qu'elle n'a rien à faire là, elle qui se tient devant toi. Elle parait si fragile, si précieuse, elle a des allures d'ange cassé, d'ange qui tu n'aurais, que tu n'oseras jamais toucher. Et elle est pourtant si différente de la première fois que tu l'as croisée. Elle est tellement plus naturelle, moins superficielle, moins belle, et pourtant. Toujours pourtant. Elle parait tout aussi perdue que la première fois, peut-être un peu moins timide, un peu plus dans un environnement qui lui convient. Ici, elle devait penser se retrouver seule. Parce que tout le monde sait que les toilettes sont condamnés. Parce que tout le monde sait que ces toilettes sont hantés. Parce que plus personne n'ose s'y aventurer. Et depuis combien de temps tu la fixes, tu ne sais plus. Et lorsqu'enfin tu t'en rends compte, tu tournes ta tête, tu regardes la première chose qui tombe sous ton regard, un autre miroir. Et tes yeux rougis, tu n'y fais pas fasse. Et ce Dimitri là, tu ne le connais pas. Tu la regardes. Encore une fois. Et tu te dis que putain, Cassandre, elle est chanceuse, Cassandre, elle a des pierres précieuses. Des perles rares. Et tu te demandes pourquoi elle ne la protège pas plus, Cassandre, pourquoi est-ce qu'elle laisse ce bijou se balader dans des toilettes hantés. Et ici, tu es le fantôme. Celui qu'on ne recroisera jamais. Celui qui disparaît comme il réapparaît, de temps en temps. Tu es ce Dimitri que jamais, on a croisé.

      Dimitri ; Un mal d'yeux.


    Et tu ne la prends pas pour une conne, c'est pas ça. C'est pas ce que tu veux. Et tu fais tellement pitié, à essayer de te justifier. Ça te donnerait presque envie de chialer. Tu sais que tu n'es pas crédible, tu sais que tu chancelle sur un fil, tu espères juste qu'elle ne posera pas de questions. Qu'elle ne répétera rien. Qu'elle n'aura rien vu. Tu espères juste qu'elle oublie ce Dimitri qui te répugne. Pas de questions, parce que tu mentiras, encore, toujours. Tu ne diras pas que tu as fait mal à Cassandre, tu ne diras pas que tu as planté un couteau dans ton propre abdomen, tu ne diras rien sur ce que tu vis actuellement. Juste parce que tu es Dimitri, juste parce que. Elle ne posera pas de questions. Ou tu l'arrêteras dès qu'elle commencera. Tu lèves les épaules, tu as perdu cet air supérieur. Et tu ne t'approches pas d'elle. Tu pourrais la menacer, tu pourrais l'effrayer, mais tu ne le feras pas. Parce que c'est la protégée de Lipovsky, parce que. Elle est frêle, sans son maquillage et sa robe de soirée. Parce que tu n'as pas envie de jouer, tu ne te sens pas encore tout à fait prêt à te relever. Alors tu hausses les épaules, tu la regardes, et tu brises ce silence. Et tu espères, tu espères qu'elle va s'en aller. Ou tu espères qu'elle va rester. Pour ne pas te retrouver seul, pas encore, pour ne pas à avoir l'air fort, pas encore. Parce que tu es juste comme les autres Dimitri, tu as peur d'être seul. Alors que tu sais que tu l'es.

      Dimitri ; Autre chose ?




« Imagined that from the outside. I was scared, as much as Ron in Harry potter in front of spiders. I didn't know how I had to act. My all body hurted. I didn't succeed to think. Crying, I went against her. Crying, I apologized in a murmur. Crying, I kissed her. » ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yuutsu.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: S.H.E [PV Kacey]   

Revenir en haut Aller en bas
 
S.H.E [PV Kacey]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Synchronicity :: Pic et Pic et Colegram :: Les Toilettes-
Sauter vers: