AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [X] Aux premières lueurs (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mar 26 Juil - 11:44

    L’aurore pointait tout juste le bout de son nez. La lumière du jour était encore mêlée à la pénombre de la nuit. Les couleurs étaient froides comme la température. La cours était silencieuse et vide. Il fallait dire qu’un dimanche matin, rare étaient ceux à avoir le courage à profiter des premières lueurs du jour. Et pourtant, elle était là. Debout sur un banc, les yeux fixé sur le ciel.

    Lirya était un oiseau de nuit avant de rejoindre cette école. Travaillant jusqu’au petit matin dans une superette, elle avait complètement perdu son rythme de sommeil. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce qu’elle soit debout. En fait, elle n’était toujours pas couchée pour être exacte. En arrivant ici, elle ignorait qu’elle avait un don. On l’avait réveillé et maintenant, elle devait se débrouiller pour le contrôler. Ca n’avait rien de dramatique et d’ailleurs, c’était plutôt banale. Faire bouger des objets grâce à la force de son esprit. Un peu plus d’originalité ne lui aurait pas déplut mais bon. Du coup, il n’était pas rare qu’elle se faufile à l’extérieur de l’école en douce un peu avant le couvre feu pour aller s’entrainer. C’était vraiment laborieux et plutôt fatiguant mais il fallait bien commencer quelque part. Surtout qu’elle avait eu quelques loupés lors des premiers jours. Elle avait envoyé un stylo à travers une salle de classe en éternuant… Ca avait fait rire quelques uns, mais surement pas elle.

    Cette nuit là, comme toute les autres, elle avait été faire quelques exercices. Elle était revenue avant que la plupart des élèves ne se réveille. L’air frais sur son visage semblait effacer la fatigue de sa nuit blanche, le vent jouant un peu avec ses cheveux et la longue écharpe qu’elle avait passé autour de son cou pour se préserver du froid. A se demander pourquoi d’ailleurs, lorsqu’on voyait sa tenue. Un simple boléro et une bande en guise de brassière pour couvrir ses faibles et presque inexistant attributs féminin. Le reste de ses vêtements restait plutôt classique mais tout de même, une jupe n’était pas ce qu’il existait de plus chaud. Pourtant, le simple fait d’avoir une écharpe suffisait à Lirya pour ne pas avoir froid.

    Les premiers rayons du soleil perçaient enfin la couche nuageuse qui s’était installé pendant la nuit.
    A croire qu’il y avait d’autre lève tôt parce qu’il ne fallut pas longtemps pour qu’elle entende des bruits de pas dans la cour. Sa mine détendue jusqu’à maintenant se mua en une expression refrognée d’agacement. La fin de la tranquillité.


Dernière édition par Lirya Sandman le Ven 26 Aoû - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mar 26 Juil - 20:13

Un craquement sourd et tonitruant se fit entendre. Le bout de bois fit un petit bruit sec en tombant sur le sol. Il y eut un silence, et puis, on commença à entendre des halètements paniqués, et des sanglots étouffés. La cause de la panique était un rêve. Ou plutôt un cauchemar. Cauchemar qui avait réveillé Liza en sursaut, Liza qui s'était cognée contre la barrière de son lit, barrière qui avait été réduite en morceaux. Liza était complètement paniquée, et non pas par le cauchemar mais par le fait qu'elle avait ENCORE détruit quelque chose. Se décidant enfin à bouger, elle se releva tout doucement. Ses yeux et sa tête étaient encore embrumés, et c'est avec nonchalance qu'elle remarqua l'heure. 6h et des poussières. Comment avait elle fait pour se réveiller à une heure pareille ? Ayant peur de recommencer et d'ajouter un surplus sur sa facture de réparation, elle décida donc de se lever. Elle slaloma entre les vêtements jonchés sur le sol, et attrapa un ensemble au hasard, avant de s'enfermer dans la salle de bain. Toilette + coiffage+ habillage effectués, elle sortit dans la cour, juste pour passer le temps et s'aérer.

A ce moment, elle n'avait pas les idées claires. Elle pensait encore à son rêve, et si quelqu'un aurait pu l'entendre, il aurait sûrement entendu des :"- Tais toi sale concombre .... Tu va être réduit en charpie par mes amis les poulpes" Heureusement personne n'étais là pour écouter ses délires. Liza s'arrêta soudainement en découvrant le spectacle qui s'offrait à elle. Des teintes magnifiques, dégradés de mille et une couleurs teintaient le ciel. Liza ne put s'empêcher d'ouvrir grand la bouche et de rester muette comme une carpe. Elle était plutôt du genre "flemmarde qui se lève à midi", et ce genre de spectacle matinal lui était totalement inconnu. Elle fouilla rapidement les poches de son pantalon bouffant ( fait main) et en sortit un calepin et un crayon. Elle adorait dessiner, surtout quand il s'agissait d'habit ou de style de mode, et voulait absolument essayer de mettre sur papier ce qu'elle ressentait en voyant ce magnifique paysage. Elle dessinait sans vraiment regarder, en marchant, et en écoutant le sifflement des oiseaux matinaux. Quand elle regarda enfin son dessin, elle se rendit compte que ce qu'elle avait dessiné était un concombre et deux poulpes. Elle ne put s'empêcher de s'exclamer avec surprise et colère:

- Mais POURQUOI ? Pourquoi ce rêve débile me colle à la peau dans un moment pareil ?

Elle poussa un long soupir et shoota dans un caillou. Enfin du moins, elle crut shooter car elle s'étala de tout son long à cause de celui-ci. Se rendant compte de sa situation, elle se mit à rigoler. C'était complétement débile, et elle détestait sa maladresse. Mais ce n'était pas une raison de se plaindre tout sa vie, rire vaut mieux non ? Elle se releva et tapa sur ses habits pour faire partir les traces de terre. Elle regarda devant elle et vit ... un banc. Un banc certes, mais un banc occupé. Occupé par un dos. Y avait-il une personne comme elle, tombée du lit et subjuguée par la beauté du paysage ? Liza se dirigea à grands pas vers la silhouette féminine qui restait debout, sur le banc . Arrivée juste derrière, elle pencha sa tête par dessus celle de l'inconnue ( avec sa taille, il n'y avait aucun problème), et lui adressa un grand sourire.

- Le paysage est magnifique non ?


Dernière édition par Liza Turnover le Mar 26 Juil - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mar 26 Juil - 20:58

    Bruyant. Cet intrus était bruyant. Bruyante même. Lirya l’avait d’abord entendu hurler quelque chose à propos d’un rêve. Beugler à une heure pareil, il fallait vraiment être stupide. Les idiots, moins on leur parle, plus vite ils se lassent. C’est pourquoi, notre jeune kinésiste avait alors décidé d’ignorer l’apparition tapageuse. Elle allait surement passer son chemin. Il fallait qu’elle passe son chemin. Le manque de sommeil avait quelques incidences sur l’humeur de Lirya et c’était rarement sans conséquence pour son entourage, pouvoir ou non.

    Durant un très bref instant, le silence se fit. Très bref instant. Ce calme retrouvé fut vite à nouveau brisé par une chute qui, au son qu’elle avait fait, devait être magistrale. Ce ne fut pas sans arracher un soupir agacée à la jeune fille, soupir qui fut couvert par le rire presque assourdissant et déplacer de l’intrus. Mais qui pouvait être assez bête pour s’esclaffer d’une chute ? Non sérieusement, Lirya n’avait même pas vu la personne qui venait de gaché la fin de sa nuit, mais elle avait déjà une piètre opinion d’elle.

    Ruminant en silence, attitude parfaitement et même diamétralement opposé à l’autre personne présente, elle se saisit quand un visage souriant apparut… au dessus d’elle ?! Par reflex, Lirya se retourna en se décalant, toujours debout sur le banc. Mais cette fille était gigantesque ! Rien d’étonnant à ce que sa chute est fait un tel vacarne vu la hauteur d’où elle était tombé. Il est vrai que Lirya n’était pas très grande avec sont petit mètre cinquante mais tout de même… La personne qu’elle avait sous les yeux arrivait à être plus grande qu’elle alors qu’elle était DEBOUT sur un banc. Sa taille ayant toujours été un sujet de raillerie dont elle feignait se moquer, ce détail ne manqua pas d’ajouter une couche à son agacement.

    - Ouais. Il l’était avant que tu arrives, lacha-t-elle sèchement en croisant les bras.

    Il était parfaitement et tout bonnement hors de question qu’elle descende du banc dans les conditions actuelles. De son perchoir, elles ne devaient pas avoir beaucoup de centimètre de différence et il était hors de question que ça change. Pointant son regard d’ambre acéré sur celle qui avait troublé sa tranquillité, elle détailla le visage de l’inconnue. Lirya avait prit soin de mémorisé le visage de chaque personne de sa classe. Elle n’était donc pas une Faithbees comme elle. Rien d’étonnant d’ailleurs. A voir sa tête, elle n’avait pas inventé le fil à couper le beurre. Surement une de ses illuminés bruyants dont elle n’avait pas prit la peine de retenir le nom de la classe.

    - T’as vraiment une tête d’abruti. Aucun risque que tu sois dans ma classe. Qu’est-ce que tu fais ici à cette heure ?

    Le manque de sommeil. Il n’y avait rien de pire pour l’humeur de la demoiselle déjà cassante en temps normale. Le regard à la limite de l’arrogance, elle attendait que celle qui avait osé la déranger lui réponde. Si elle n’avait pas été d’humeur aussi exécrable, elle aurait surement remarqué qu’elle avait au moins un point commun avec la géant qui l’avait importuner. Des vêtements fait main. D’un style différent mais lui aussi originale. Chacune dans leur extrême avait trouver une solution à leur problème vestimentaire.


Dernière édition par Lirya Sandman le Mar 9 Aoû - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mer 27 Juil - 10:08

Il y a des gens vraiment mignons dans ce monde. Mignons non pas par leur apparence, mais par leur façon de se défendre. Etre agressif et impolie alors qu'on est petite, ça donne l'effet d'un chaton essayant de se prendre pour un tigre. Du moins, c'est l'impression qu'avait Liza en entendant l'inconnue parler. Ce qu'elle disait ne la vexait pas, ne lui donnait pas envie de partir. Au contraire, l'envie de taquiner encore plus le petit chaton ou même de l'apprivoiser grandissait peu à peu dans le coeur de Liza. C'est en souriant donc qu'elle accepta toutes les remarques désobligeantes de la fille. Liza l'observa un peu. Elle était petite et avait un style bien particulier, ce qui plaisait bien évidemment à notre styliste en herbe. Elle prit soin de regarder chaque détail de sa tenue avant d'élargir encore son sourire. Puis avec un ton enjouée, elle répondit aux insultes et à la question que lui avait lancées l'inconnue.

- Oui je suis idiote. Mais le monde serait beaucoup moins marrant sans idiot non ? En fait je me suis réveillée à cause d'un cauchemar, et je n'ai pas réussi à me rendormir. Tu veux que je te le raconte ?

Liza avait tendance à beaucoup trop parler. Parler à elle même, parler aux objets, parler aux animaux et parler aux inconnus .... une vraie pipelette. Sans attendre l'approbation de la fille qui se tenait devant elle, elle commença son récit absurde et grotesque.

- J'étais dans la ville, en train de me promener et de regarder toutes les nouveautés dans les magasins. C'est alors qu'un concombre géant apparut. Il volait, et il se posa juste devant moi, me faisant tomber à la renverse. Ce concombre s'ouvrit et plein de concombres de taille humaine en sortirent, en criant :" Ce monde est à nouuuuus !" Morte de rire, je me suis approchée d'eux en disant :"C'est une blague n'est ce pas ?" Fous de rage, il m'ont emportée dans leur concombre volant pour me manger. Mais j'avais mon portable sur moi, et j'ai directement appelé le roi des poulpes. Il m'a dit qu'il allait venir à mon secours. Alors qu'ils étaient en train de décider à quelle sauce ils allaient me manger, une armée de poulpes se colla au concombre. On pouvait voir leurs ventouses collées au vitres. C'est alors qu'un concombre arriva vers moi, et ouvrit grand sa bouche pleine de dents pointues .. Il allait me manger quand je me suis réveillée ! Voilà toute l'histoire ! Et toi en fait, pourquoi es-tu ici de si bonne heure ?

Il y a des fois où on se demande comment Liza arrive à avoir des rêves pareils, et pourquoi elle éprouve le besoin d'en parler à tout le monde. C'est simplement car elle est très simplette, et a besoin de quelqu'un à qui raconter ses mésaventures pour évacuer son stress. Enfin, un stress imaginaire, vu qu'il provient d'un rêve tout à fait débile. Liza refit un grand sourire à l'inconnue, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mer 27 Juil - 10:45

    Il se passa quelque chose d’étrange. De vraiment très étrange. Loin d’être vexée ou même blessée par les remarques acerbes de Lirya, comme elle l’aurait du, la géante fit un sourire encore plus grand. Elle se moquait d’elle ? A moins qu’elle soit réellement complètement stupide. Il fallait certainement qu’elle le soit pour le confirmer, ce qu’elle ne tarda pas à faire, justifiant sa stupidité par une explication des plus crétines qui soit. Moins marrant ? Plus reposant. Le monde serait sans fois plus vivable sans tous ces abrutis qui pouvait le peupler et qui s’amusait de chose puériles. L’idiotie avait bien des manifestations. Même si son interlocutrice avait la forme la plus… basique disons, il y avait ceux qui possédaient un degré au moins proportionnel à leur absence de jugeote. Ca donnait la majorité de la population qu’avait pu côtoyer Lirya jusqu’à maintenant. Des gens bête et méchants, se servant du moindre prétexte pour rabaisser et trainer les autres dans la boue, même leurs amis. Les gens étaient vraiment stupides et détestable.

    Bon, il est vrai que la fille gratte ciel ne semblait pas de ce genre. Elle semblait bien trop simplette pour être méchante avec qui que se soit. Mais suivre une conversation avec une personne pareille était soit un défi, soit une perte de temps. La raison qui l’avait tiré des bras de Morphée, où elle aurait mieux fait de rester selon Lirya, était un cauchemar. Quel âge avait-elle pour encore être perturbée par un cauchemar ? C’était stupide… Et l’admettre comme ça, sans la moindre honte ni même une once de pudeur. Cette fille était définitivement bien plus bizarre que Lirya, ce qui n’était pas peu dire quand on y repensait.

    Sans même lui laissait le temps de refuser d’entendre son cauchemar et sous l’air interdit de la demi-portion, la rouquine commença fièrement son récit. C’était… affligeant. Vraiment. Lirya n’e revenait pas. Cette fille n’avait vraiment aucune fierté pour raconter des absurdités pareilles. Elle joignait presque les gestes à son récit sous le regard perplexe de la jeune fille, toujours debout sur son banc. Des… concombres. Mais COMMENT diable avait-elle pu faire un rêve aussi absurde et surtout, comment pouvait-elle catalogué ça comme un cauchemar. Le roi des poulpes. Plus l’autre avancé dans son récit, plus Lirya semblait sure d’une chose. Elle n’était pas idiote. Elle était complètement folle.

    Lorsqu’elle termina de conter son songe absurde, la seule réaction que pu donner Lirya fut un haussement de sourcil plus que significatif. Vraiment, c’était navrant. Parfaitement et complètement pitoyable. Et elle avait raconté tout ça comme si c’était la chose la plus normale qui soit. Comme si elles étaient amies de longue date et que Lirya était intéressé par ce récit complètement aberrant. Finalement, elle finit quand même par lui donner matière à répondre.

    - Je n’ai tout simplement pas encore dormis, répondit-elle comme s’il s’agissait de la chose la plus évidente qui soit.

    Et plus, elle lâcha un profond soupir, entre agacement et désespérassions, avant de reprendre la parole, dardant son regard hautain (sachant que même dans sa position, elle était plus petite, ca pouvait donner vraiment un tableau des plus cocasse) vers le grand machin bavard.

    - T’as vraiment qu’un petit pois en guise de cervelle ou tu le fais exprès, Gargantua ? Ce rêve est bien la chose la plus stupide que j’ai pu entendre. L’altitude te donne trop d’air entre les oreilles ou c’est naturel chez toi ? Et puis, pourquoi tu m’assommes dès le matin avec une histoire aussi absurde.

    Lirya avait la mauvaise manie de donner des surnoms aux gens. Elle prenait très rarement la peine de se souvenir des noms. Il était d’ailleurs très rare que les personnes qui se voyaient affublé d’un de ses sobriquets l’apprécient. Cette fois-ci, elle avait poussé le vice jusqu’à prendre le nom d’un grand guerrier géant de la mythologie, presque certaine que la demeurée qui lui faisait face ne soit pas en mesure de comprendre complètement celui-ci. Elle avait presque un mince sourire au coin des lèvres cette idée, plus proche du rictus d’ailleurs.
    Un chaton apeuré par autrui, sans le moindre doute, mais aux griffes acérées et à dents pointues. L’un de ses chatons sauvage que seuls le temps, la patience et l’obstination peuvent espérer réussir à l’apprivoiser.


Dernière édition par Lirya Sandman le Mar 9 Aoû - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mer 27 Juil - 21:01

Liza avait toujours été comme ça. Elle ne se souciait pas du ridicule. C'était sûrement dans sa nature. C'était peut être pour ça qu'elle n'avait aucune notion de ce qui devait être dit ou pas. L'inconnue répondit, au plus grand bonheur de Liza. Même si c'était une réponse sèche, c'était quand même quelque chose. La jeune fille soupira, parla à Liza. Celle-ci était aux anges. Aux anges d'avoir rencontré quelqu'un, aux anges que celle-ci aie écouté son rêve, aux anges d'être dans un si bel endroit. A la grande surprise de Liza, l'inconnue continua de parler. Bon, elle avait toujours son ton hautain et elle était toujours désagréable, mais c'était déjà ça. Sauf que l'inconnue fit une erreur. L'erreur de faire des allusions à la taille de Liza. Elle venait de s'aventurer en terrain miné.

Quand Liza entendit le surnom "Gargantua", ses mains se serrèrent sur le rebord de banc. Quand la jeune fille parla d'altitude, Liza détacha un bout de bois de la taille d'un bras du banc. Là était le pouvoir de la jeune fille. Une force surhumaine. Qui d'ailleurs lui causait plus de soucis que de bienfaits. Notamment, les factures de remboursements arrivaient naturellement à la porte de la grande fille. Liza sourit, serra le bout de bois dans sa main. Ce n'était pas le même sourire que tout à l'heure. Il était plus .... froid. Plus sadique. Avec un petit rire, elle parla d'un temps plutôt effrayant.

- Oups ! Je n'ai pas fait attention !

Elle jeta le bout de bout par dessus son épaule, celui-ci vola et disparut dans l'horizon. L'atmosphère avait complétement refroidi et était devenue sombre et lugubre.

- Tu sais ma PETITE. Il y a des sujets qu'il ne vaut pas mieux évoquer. Pigé ma PUCE ?


Elle baissa la tête, et eut un rire tout à fait démoniaque. Avec sa longue natte passée devant qui descendait jusqu'à ses hanches, elle avait vraiment l'air d'une poupée cassée et effrayante. D'un coup elle releva la tête, avec un sourire radieux sur le visage. Exactement le même que lorsque qu'elle était arrivée ici, son sourire d'idiote. Elle pencha la tête sur le côté et elle reparla de sa voix enjouée et pleine d'énergie habituelle, l'atmosphère autour d'elle étant redevenue chaleureuse et explosive de joie.

- Ahaha ! C'est vrai que ce rêve était débile ! Je le pensais aussi ! Franchement de concombres ! Ah en fait ! Je ne t'ai même pas demandé ton nom ! Moi c'est Liza.

Et avec son éternel sourire, elle fit un "V" de la victoire à l'inconnue. C'était peut être ringard certes, mais cela reflétait bien l'état d'esprit de Liza, toujours optimiste et rigoleuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mer 27 Juil - 22:09

    Lirya observa avec un léger rictus satisfait l’effet de ses remarques cinglantes. Peu lui importait d’avoir blessé la jeune fille, elle-même l’avait bien été tant de fois par le passé, ca ne l’avait pas tué. Mais soudain, l’ambiance devint plus froide. Il y eu un craquement sinistre dont elle ne trouva pas tout de suite l’origine. Pas avant de remarquer le morceau du banc entre les mains de la géante. Okay. Les choses devenaient clairement problématiques là. Lirya eu un très léger mouvement de recul, surement dû à l’instinct de survie qu’elle devait posséder tout au fond d’elle.

    Gargantua. Sans le savoir, Lirya avait mis en plein dans le mille. Une géante à la force colossale. Et bien voilà, avec sa grande bouche, elle s’était encore mise dans le pétrin. Elle fit mine d’être surprise du morceau de bois entre ses mains et s’en débarrassa comme on jette un vulgaire papier. La demi-portion déglutis avec un peu de difficulté avec autant que discrétion que le demandait sa fierté. Elle aurait du se souvenir qu’ils étaient tous bizarre dans cette école. Tous plus ou moins déglingué avec des pouvoirs étranges et variés. Elle avait beau être une Faithbees, il lui arrivait parfois d’oublier de réfléchir avant d’ouvrir sa bouche pour cracher son venin.

    Petite ? Puce ? Nous aurions été dans une bande dessiné, une petite veine serait apparut sur le front de Lirya, signe clair et manifeste de son agacement. Elle avait piqué où il ne fallait pas à son tour mais, il fallait avouer qu’elle l’avait cherché. Elle s’apprêta à répliquer mais son regard se posa sur le morceau de banc manquant. Elle se mordit la lèvre mais son regard était suffisamment expressif pour que sa colère se passe de mot. Oh, il y avait aussi quelques objets pas trop lourds qui semblaient avoir la bougeotte. Alors qu’elle s’était mise à rire d’un rire qui n’augurait rien de bon, les plus légers prirent de l’altitude. Lirya ne les contrôlait pas et d’ailleurs, ils étaient dans son dos. Sa colère par contre…

    Soudain, toute la tension retomba d’un seul coup. Elle arborait un sourire si radieux qu’il fit retomber la colère de Lirya. Les objets qui avaient visiblement prise la rouquine pour cible retombèrent aussi sur le sol. Cette fille était déconcertante. Surement folle d’ailleurs. Et diablement forte. Beaucoup trop pour que Lirya la provoque d’avantage. Sa mine se renfrogna. Elle détestait déposer les armes. Intérieurement, elle décida de qualifié ça de repli stratégique provisoire.

    Elle se présenta, avec énergie et bonne humeur. C’était presque effrayant de voir le changement radical. Non, c’était complètement effrayant. Elle se rendait compte de l’absurdité de son rêve, son cas n’était peut-être pas complètement désespéré du coup. Mais de là à se présenter… Mais bon ce n’était pas comme si elle avait le choix. Il ne manquerait plus que l’autre se vexe à nouveau. C’est donc en marmonnant, d’un air contrarié, qu’elle lui répondit.

    - … J’m’appelle Lirya. T’as intérêt à ne pas me faire répéter.

    Les lumières du jour s’était maintenant bien installer et les premiers oiseaux s’installaient dans la cours et chantaient joyeusement. La seule personne qui ne semblait pas respirer la joie de vivre en ces lieux pour le moment, c’était Lirya. Être obligé de rendre les armes… Non, d’ailleurs, sa fierté l’obligeait à qualifié ça de repli stratégique temporaire. Pour le moment, elle n’était absolument pas en mesure de faire face à la géante. Mais elle ne comptait pas non plus se montrer aimable et gentille. Elle s’abstiendrait simplement de faire des remarques sur sa taille… tant qu’elle ferait de même.

    - …concombre ou poulpe. Les deux sont franchement stupides. Ton cerveau doit vraiment avoir un problème pour imaginer des trucs pareils.

    Tout comme pour rester ici à supporter sa mauvaise humeur. Lirya ne comprenait pas pourquoi elle s’entêtait à rester ici alors qu’elle se montrait aussi odieuse que possible pour la faire partir. Et progressivement, de voir ses efforts vains semblait épuisé sa véhémence. Elle avait d’ailleurs dit sa dernière en bougonnant plus qu’en se montrant odieuse.


Dernière édition par Lirya Sandman le Mar 9 Aoû - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Jeu 28 Juil - 10:13

Aussi loin qu'on puisse s'en souvenir Liza avait toujours été comme ça. Gentille et complétement déjantée jusqu'à un certain point. Mais pourquoi croyez vous donc qu'elle était la terreur des bacs à sable ? Tout simplement parce qu'elle est humaine, et que sa patience a certaines limites. Liza ne sut pas si elle était satisfaite de la réaction la puce. Elle ne voulait pas l'effrayer et elle ne voulait pas qu'elle reste hautaine. Mais il n'y avait pas de bien sans mal, après tout. Elle sentit quelque chose bouger derrière elle, mais elle n'en tint pas rigueur. Après tout, ça aurait été la chose qui aurait eu mal et pas elle.

Liza voulut essayer de décrypter l'expression qui était sur le visage de la jeune fille. De la frustration. Oui, oui c'était ça ! Liza ne put s'empêcher de sourire, car la petite fille frustrée était adorable. Si elle écouté son coeur, elle se serait jetée sur elle et lui aurait fait un calîn. Mais non, ce n'était pas très poli et Liza aurait sûrement blessé la jeune fille, autant à proprement parlé que dans son amour-propre. Les oiseaux commençaient à chanter et Liza était respirait la joie de vivre. Elle avait rencontré quelqu'un, et maintenant elle savait comment cette personne s'appelait. Lirya. A bien y réfléchir, "Lirya" ressemblait un peu à "Liza". Il y a juste deux lettres qui changent. Liza voulut faire une remarque là-dessus mais elle préféra s'abstenir. Et c'est à sa grande surprise qu'elle entendit Lirya lui parler.

Bon c'était encore à propos de son rêve, mais Liza s'en fichait à présent. Elle ne releva pas et se contenta juste de sourire encore une fois. En plus, on voyait que la petite commençait à être fatiguée de lutter contre son amour propre. C'est à ce moment là que Liza décida d' "attaquer". Elle prit la petite file dans ses bras. Elle lui fit un gros calîn. Mais pas trop fort, car elle risquerait de lui briser quelques côtes. Et elle ébouriffa les cheveux de la jeune fille, comme si c'était une peluche où un chat. Elle se détacha un peu et dit avec un grand sourire:

-Tu es vraiment adorable !

Si on était dans l'un de ces mangas, on aurait pu voir des fleurs voler autour de Liza. Elle était heureuse d'avoir rencontré une si mignonne petite personne. Après réflexion, elle était ce qui lui manquait comme modèle. Après avoir hésité un instant, elle sortit son calepin et dessina rapidement une ébauche de tenue. Une tenue qui faisait rebelle et sauvage, et qui irait parfaitement à Lirya. L'ébauche était très bien faite, elle décida donc de lui proposer quelque chose.

-Tu sais, je fait mes vêtements moi même et j'adore créer des tenues. Et comme tu es trop mignonne, j'ai pensé que tu pourrais ... me servir ... de modèle ! Regarde !


Elle montra l'ébauche avec anxiété. Après tout, elle avait toujours fait des vêtements pour elle même, et elle voulait absolument tester un autre style et un autre ..... format disons. Elle priait de toutes ses forces afin que Lirya soit intéressée par la tenue qu'elle lui proposait. Elle était faite pour elle après tout. Mais elle avait conscience qu'elle avait tendance à ne pas être très délicate, et elle commençait à s'attendre au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Jeu 28 Juil - 11:01

    Sans le moindre signe annonciateur, Liza lui sauta littéralement dessus. Lirya se raidit franchement. Mais qu’est-ce qui lui prenait d’un coup !? Une fois l’instant de surprise passé, elle tenta de se défaire de l’étreinte étouffante mais pas mortelle (et pourtant, elle savait l’autre capable de ce genre de chose, volontairement ou non). Un chat sauvage que l’on tentera de câliner. Elle devait réellement faire penser à ça. Ses cheveux furent mis sans dessus-dessous avant qu’elle ne décide de la lâcher. Lirya entreprit de les remettre dans l’ordre en ronchonnant entre ses dents des choses peu agréables entre ses dents. Au bien sûr, elle prenait bien gare à garder tout ça entre ses dents.

    Adorable ? C’était bien la première fois qu’on lui disait ça. Sale peste. La teigneuse. Demi-portion (rare étaient ceux qui se vantait de celui-là). Elle avait eu le droit à tout un panel de qualificatif mais celui là… Même sa tante n’avait jamais eu l’hypocrisie de lui dire ce genre de chose. Elle était à la fois perplexe et déconcertée. Mais que diable pouvait-il se passer dans la tête de cette fille ? Lirya l’observait alors qu’elle s’était mise à dessiner d’un coup dans un petit carnet. Vraiment. Ce genre de personne fatiguait la jeune fille. Elle n’arrivait pas à prévoir comment ils pouvaient réagir et elle ne supportait pas ça. Les gens qui sortaient du script.

    C’était un reflex que Lirya avait depuis toujours. Devant des situations, elle analysait et élaborait plusieurs scénarios et déroulement des événements possible. Rare étaient ceux qui ne suivait pas ses prévisions. Elle n’avait pas de don de vision, elle était simplement très logique et avait une faculté cognitive d’analyse un poil au dessus de la moyenne. Travailler dans une superette l’avait aidé d’ailleurs. C’était toujours plus simple de faire passer le temps en essayant de prévoir comment chacun allé faire ses courses. Observer le comportement humain lui avait détesté ses semblables –ou presque semblables- mais elle pouvait aussi se vanter de très bien les connaitre.

    Soudain, l’autre reprit la parole, son gribouillis terminé vraisemblablement. Lirya n’en revenait pas ses yeux. Comment c’était possible ? Comment pouvait-elle avoir un point commun ? Tout ceci dépassait l’entendement. Vraiment. Peut-être que finalement, elle pouvait se montrer digne d’intérêt. Et puis, elle avait étrangement bien réussit à capter le style qui collerait à Lirya, et ça, elle était bien forcer de l’admettre, même si ça lui faisait mal. Pourtant, elle n’allait pas la complimenté, ce n’était pas franchement le genre de Lirya. Elle allait simplement répondre de la seule façon qu’elle le pouvait, exprimer son vague intérêt pour Liza de la façon la plus maladroite qui soit.

    - Donne-moi ça, répondit-elle en prenant le carnet d’entre les mains de Liza, sans même attendre son accord.

    Elle sortait un crayon de couleur rouge de sa poche arrière et fit quelques corrections de manière légère mais visible par-dessus les esquisses de la tenue qui n’avait au final que très peu de défaut. Elle était même obligée de chercher avec attention les quelques corrections qui n’était pas forcement nécessaire. D’un point de vue technique du moins. C’était simplement de simple caprice de la part de la demoiselle perchée sur son banc.
    Une fois ses corrections faite, elle rendit le carnet et posa son crayon sur son oreille avant de descendre du banc.

    - Franchement, il faut tout te montrer. Tu aurais eu plein de couture inutile et fastidieuse, finit-elle par ajouter, gardant les bras croisés.

    C’était une façon comme une autre de faire les choses. Lirya ne savait communiquer que comme ça. En se plaçant en supérieur, elle mettait une distance. Elle empêchait les autres de trop s’approcher. Elle traçait une ligne, un cercle autour d’elle qui disait clairement qu’il ne devait être franchit. Et pourtant, elle venait d’accepter, implicitement, que réduire un peu cette distance. Elle n’avait jamais croisé la route d’une personne aussi originale. Aussi originale qu’elle. Dans un style complètement opposé au sien, entendons nous bien ! Elle allait l’accepté dans son sillage pour le moment, juste par curiosité.

    Elle fit quelque pas avant de se retourner pour lever le nez vers son interlocutrice. Maintenant qu’elle était descendu du banc, la différence de taille était impressionnante et pourtant, ca n’empêcha pas le moins du monde Lirya de garder exactement la même attitude qu’auparavant, bien que moins acide.

    - Je ne suis pas une poupée qu’on habille. Rentre toi ça dans le crâne, lâcha-t-elle de manière clair et indiscutable avant de tourner les talons, sans reprendre sa marche immédiatement. Mais tu as visiblement besoin qu’on regarde après toi. Les idées sont pas trop mauvaise mais t’as vraiment aucunes jugeotes pour faire des patrons corrects. Alors je vais te faire la faveur de profiter de mon expérience.

    Lirya était comme ça. Incapable d’admettre les choses tels qu’elles étaient. Mais au fond, c’est peut-être ce qui faisait son charme. Ou quelque chose comme ça.


Dernière édition par Lirya Sandman le Mar 9 Aoû - 14:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Sam 30 Juil - 15:16

Même si ça ne se voit pas, Liza est une personne extrêmement dure avec elle même. Elle est très crédule et a tendance a toujours se rabaisser. L'indulgence n'existe pas, quand il s'agit d'elle. C'est pour ça que lorsque Lirya commenca à redessiner par dessus son croquis, elle ne dit rien. C'était normal, pour elle. L'énergie avec laquelle la petite dessinait était incomparable. Elle éblouissait Liza. Lirya s'arrêta, et posa le crayon sur son oreille. Liza ne put réprimer un sourire. Qui retomba quand celle-ci descendit du banc. Elle avait toujours été complexée par sa taille, et voir cette différence la rendait amère. Même si elle était boulversé, elle n'en montra rien, et garda son air joyeux.

Lirya la réprimanda à propos du nombres de coutures. Liza acquiesca. Elle voulait tout écouter, glaner n'importe quelle information qui aurait pu l'aider à s'améliorer. De plus, Liza était contente d'avoir enfin de quoi parler avec elle. Les reproches que Lirya faisait à Liza était surjouées. Ce qui donna une forte envie de rire à Liza, qui se battit contre elle même pour ne pas exploser de rire. Ca n'aurait pas été poli, voyons ! La façon de croiser les bras, de snober, ou même de l'ignorer étaient ..... incroyablement mignonne. Liza pensa un instant que Lirya avait de la chance d'avoir une personnalité aussi forte. Elle n'était pas banale et ne se laissait pas écraser sur les pieds. Liza aurait voulu être pareille. (Même si son caractère est bien particulier, soit.)

Même si Lirya restait acerbe, elle s'était quelque peu adoucie. Serait-ce parce qu'elle était aussi interessée par la mode ? Liza en était plus que joyeuse. Elles avaient donc un point commun ! Quel bonheur ! Malgré le fait que Lirya assurait qu'elle n'était pas une poupée, Liza la prenait comme telle. D'ailleurs, elle n'avait jamais eu de poupées. Elle avait toujours eu peur de les casser. Donc oui, peut être qu'au fond, Liza voulait jouer à la poupée. Elle était une fille après tout ! Et comme celle-ci n'aimait pas mentir, elle dit avec un air triste ....

- C'est vrai, tu n'es pas une poupée ... Dommage, tu étais si mignonne. Tu étais exactement la poupée que je rêvais d'avoir quand j'étais petite. Ce n'est pas grave ! ajouta-t-elle avec un sourire sans joie. Merci beaucoup !! Je suis sûre que tu me seras d'une grande aide !

Elle avait baissée la tête en signe de remerciement. Même si Lirya n'acceptais pas d'être son modèle, elle acceptait le fait de parler de couture avec elle. C'était déjà un grand pas. Liza retrouva peu à peu son sourire, avant de dire avec enthousiasme :

- Viens dans mon atelier ! Il n'est pas très loin ! Comme ça je pourrais te montrer ce que je fais et je pourrais prendre tes mesures !

L'atelier était en fait tout simplement la chambre de Liza. Grâce à sa force, elle n'avait eu aucun mal à porter des tonnes de bagages, dont tissus, machine à coudre, créations .... Elle adorait cet endroit, qui lui redonnait la joie de vivre quand elle était déprimée. Le montrer à Lirya aurait été pour elle une grande fierté, c'est pour ça qu'elle attendait une réponse positive.


Dernière édition par Liza Turnover le Mar 9 Aoû - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Sam 30 Juil - 22:37

    Lirya se retourna vers Liza après que celle-ci est fait par de sa déception. Elle avait refusé d’être son « modèle » parce que le statut ne lui plaisait pas. L’idée qu’elle la considère comme une poupée qu’on habille ne lui plaisait pas pour la simple raison qu’elle s’avait que c’était en partie à cause de sa taille. La géante n’était pas la seule à être complexé par sa taille. A aucun des extrêmes la vie n’est facile. On l’avait toujours traité comme un modèle réduit, on la prenait en pitié dans son travail. « Oh, tu ne peux pas atteindre les étagères du haut, laisse moi t’aider ». Le seul qui avait eu la condescendance de lui proposer ça, avec un sourire au coin des lèvres que la jeune fille était certaine d’avoir vu –ou pas...-, avait regretté amèrement cet égard, peu importe sa motivation à l’origine. Elle n’était pas handicapée. Elle n’avait pas besoin d’être assister. Elle n’avait pas besoin qu’on lui rappelle qu’elle ne rentrait pas dans ce carguant stupide de la société.

    Elle retenue un peu son énervement. Pourquoi est-ce qu’elle prenait un air aussi déçu ? C’était agaçant et vraiment idiot. Elle avait simplement d’être une poupée, pas de porter des vêtements qu’elle aurait dessiné… Il fallait bien qu’elle s’habille après tout. Finalement, la patience de Lirya arriva à son terme. Beaucoup de gens compare la patience à un vase, la goute d’eau le faisait déborder. Celle de Lirya ressemblait plus à un de ses shooter à tequila, voir même à un dé à coudre. Elle n’entendit même pas la proposition, ou du moins que d’une oreille, de l’autre fille.

    - Idiote ! J’ai pas dis que je ne porterais jamais tes vêtements. J’veux juste que tu te trompes pas. Je ne suis pas un jouet, une poupée. Je suis une personne, fourre toi ça dans le crâne.

    Elle était en colère mais cette fois, elle criait sur Liza pour des raisons différentes. Sans trop s’en rendre compte, elle venait de lui montrer une marque… d’attention ? Lorsqu’elle le réalisa, elle se redressa et regarda ailleurs. Cette grande idiote était drôlement têtue de toute façon, il valait mieux s’habituer à ce qu’elle la colle. Rien que d’y penser, Lirya était déjà épuisée. Mais pourquoi a-t-il fallut qu’elles aient la même passion pour la couture. C’est pour ça que Lirya n’avait pas rejoint le club de mode. Déjà qu’elle trouvait le principe d’être obligée de participer à des activités en groupe barbant, l’idée de se retrouver dans une pièce remplie de personne qui parlerait surement de la dernière machine à coudre ou de merveilleuse pièce de tissus. Hors de question. Lirya avait toujours cousu à la main, avec des tissus de seconde main. Elle n’aurait rien eu en commun avec ces autres. Et puis, l’idée de se retrouver coincée dans une pièce remplie de filles superficielles l’horrifiait bien plus que le reste.

    Soudain, Lirya eu un vague souvenir, comme un écho de Liza lui parlant d’un… Atelier. Elle se redressa, comme si elle venait juste de l’entendre alors que la proposition avait précédé son petit coup de gueule.

    - Un atelier ? De quoi tu parles ?, demanda-t-elle perplexe, en haussant un sourcil.

    Qui sait, c’était une bien étrange amitié qui allait s’installer entre les deux jeunes filles… ou ce qui pouvait s’en rapprocher dans le cas de Lirya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Lun 15 Aoû - 19:59

Liza était aux anges. Il faisait beau, le soleil chauffait doucement ses épaules découvertes. Il commençait à faire jour, et on pouvait commencer à entendre les piaillements des oiseaux. De plus, elle avait rencontré quelqu'un. Et pas n'importe qui ! Une modèle extrêmement mignonne et rebelle. Cocktail délicieux et osé, chose qu'adorait la rouquine. Liza avait compris. Même elle, qui n'était pas une lumière, avait bien vu que la colère de Lirya n'était pas méchante. C'était juste dans son caractère. Et ce qui faisait son charme, cela va de soi. Liza savait qu'elle avait tendance à être collante. Certaines personnes n'avaient pas hésité à le lui dire, et ces souvenirs la remplissent encore d'amertume. Mais même si Liza agaçait Lirya, celle-ci n'en dit pas un mot. Et Liza lui en était bien reconnaissante.

Malgré leurs différences de tailles et de caractères, elles se ressemblaient d'une certaine façon. Ce ne sont pas des minettes. Ce ne sont pas le genre de fille superficielles qui passent leur temps à piailler à propos du dernier maquillage à la mode. Et c'était peut être ce fait qui les rapprochaient ne serait-ce qu'un peu.
Lirya parut réagir à propos de la proposition de la géante. Au grand plaisir de celle-ci, bien évidemment. Liza, prise d'un bouffée d'enthousiasme, mit en route son moulin à paroles. Chose extrêmement difficile à suivre pour les non-habitués. Avec une ferveur encore jamais vu, elle se mit à parler de son atelier.

-Alors en fait, c'est mon antre. C'est là où je crée tous mes habits, où je mets tout mes tissus, où j'entrepose toutes mes créations ! Je pourrais y passer des heures, c'est magique ! C'est là où je m'évade, c'est là où je rêve. En fait ... c'est ma chambre .....


Liza fit un grand sourire à Lirya. Un de plus, mais celui-ci était vraiment authentique. En parlant, elle agrémentait ses paroles de grands gestes, de tours sur elle même et de petits rires. Elle respirait la joie de vivre, cela se voyait. Liza était tellement de bonne humeur que les remarques glissaient sur elle. Rien ne pourrait lui faire perdre son sourire, c'était certain.

- En fait, j'aimerais bien prendre tes mensurations ! Je suppose que tu les connais ... alors pas besoin de sortir mon mètre ? dit-elle avec enthousiasme

C'était décidé, Lirya allait devenir son amie. Et Liza était prête à tout pour lui faire accepter cette idée !

[HRP : Merci de ta patience ... et désolée pour le retard x_x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Mar 16 Aoû - 10:24

[[HS : Pas de problème. T'inquiète donc pas. ]]

    Mal à la tête.
    Liza était en plein forme, des étoiles plein les yeux, enthousiaste et … bruyante. Le soleil faisait tranquillement son début de chemin quand le ciel, posant ses rayons sur la peau de Lirya en lui rappelant au passage qu’elle n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Cette rencontre lui avait un peu fait oublier ce détail mais l’énergie de la géante lui avait rapidement rappelé. Elle écoutait d’une oreille distraite sa réponse qu’elle aurait tout de même souhaitée plus succincte. Et surtout, sans cette manie incompréhensible d’illustrer ses propos en se donnant en spectacle.
    Sa chambre. Elle avait eu la chance de ne pas avoir à la partager. Y a des gens qui ne savent pas ce qu’ils ont. Non pas que la camarade de chambré de Liyra soit désagréable ou quoique se soit d’autre. Non, non. Comme la plupart des Faithbees, c’était simplement une érudite avec l’égo un peu trop grand pour ce qu’elle pouvait savoir de la vie. Ou quelque chose du genre. Ce n’était pas comme si elle avait pris la peine de chercher à la connaitre.

    Et donc, Liza avait un endroit rien qu’à elle pour s’adonner à sa passion. Quelque part, la demi-portion enviait la rouquine. Elle avait refusé de participer au club de mode mais par conséquent, il n’était pas aussi facile qu’avant de pouvoir coudre. Une petite voix lui soufflait qu’il suffirait de demander pour pouvoir y aller quand elle le voudrait. Certain ont la voix de la raison, une petite conscience qui souffle à leur oreille. Pour Lirya, c’est un peu l’ennemie de sa solitude. Mais, comme pour ceux qui ont leur conscience qui leur murmure des conseils, elle l’écoutait très très rarement.

    Changeant de sujet comme on passe du coq à l'âne, elle lui demanda soudainement ses mensurations. Par pur reflexe, elle les déclama sans même y réfléchir. Connaitre ses mensurations sans l’avoir sous les yeux pouvait en surprendre. Mais sa petite taille et sa morphologie plutôt chétive donne au final des chiffres assez alarmant sans qu’elle soit anorexique. Un véritable modèle réduit.

    Soudain, Lirya bailla à s’en décrocher littéralement la mâchoire, se frottant les yeux d’un air fatigué. Sa nuit blanche la rattrapait doucement mais surement. Doucement, les gens se levaient, déambulaient dans les couloirs. C’était le moment où elle rentrait se coucher la plupart du temps mais cet atelier l’intriguait. Elle avait envie d’aller y jeter un coup d’œil. Mais la curiosité était une chose, si au moins aussi développé que son orgueil, qui ne passerait jamais au dessus de sa fierté.

    - Satisfaite ? Maintenant, si ca te fait rien, j’vais m’coucher. J’ai pas dormis cette nuit et t’es plutôt épuisante comme fille.

    Elle commença doucement de s’éloigner, faisant un vague signe de la main.

    - Mais comme je suis de bonne humeur, j’passerai p’t’être voir à quoi ressemble ton « atelier ». Même si ca doit pas casser trois pattes à un canard.

    Elle avait finit par le dire. A sa façon. Liza pouvait se targuer d’avoir réussit à piquer son intérêt. Une amitié ? Peut-être pas jusque là, mais Liza n’était surement plus une anonyme membre de cette école. Un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour Liza.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liza Turnover

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 25/07/2011
Localisation : Au pays des barbapapas tadada !

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Dim 21 Aoû - 9:51

Liza n'était pas une lève tôt, et pourtant, elle se sentait en pleine forme. Etait-ce dû à l'environnement, ou seulement à cause du fait que Lirya ait baillé ? Qu'importe, la centrale électrique qui régissait le corps de Liza avait été remise en marche. Elle se mit à fredonner un petit air de sa composition, soufflant parfois des bruits étranges comme des "Gyaboo !" ou des " Stoululu !". Son modèle récita ses mensurations, et Liza s'empressa de les noter sur son carnet. Elle ne fit aucune réflexion sur le tour de poitrine ou autres, car ça ne servait à rien, et que Liza aussi connaissait la souffrance d'avoir une faible poitrine.

Alors qu'elle commençait à réfléchir à la confection de la tenue, Lirya parla. Apparemment elle était fatiguée. Par sa faute. Liza lui retourna un sourire peiné, et susurra un "Désolé ..." à peine audible. La petite ne l'avait sûrement pas entendu, surtout qu'elle commençait à s'éloigner. Liza secouait énergiquement la main pour dire au revoir à sa nouvelle amie,(Décision unilatérale, soit.) et celle-ci dit une phrase qui enchanta littéralement Liza. Plus qu'enchanter, qui la rendit folle. Elle courut vers Lirya en lançant un "Gyaboooooo", et la pris dans ses bras. Elle tourna sur elle même, avant de la reposer, sans pour autant la lâcher. Complétement. A vrai dire, elle lui tenait juste les mains.

Les yeux au bord des larmes, pétillants de joie , elle se mit à rigoler. Elle était tellement heureuse qu'elle sentait son coeur se gonfler. Avec un hochement de tête exagéré, elle dit d'une voix pleine d'entrain.

-Oh ouii ! Passe quand tu veux ! Tu seras toujours la bienvenue !

Elle sortit un papier de sa poche et y griffonna un plan. En même temps, ce n'était pas très compliqué, son appart' se trouvait juste en face de Synchronicity.
Notez bien que sur le plan se trouvait des petits coeur et des fleurs entourant chaque flèche. Preuve de la bonne humeur de Liza.

- Tiens, tiens ! C'est pour toi ! Voilà l'adresse !


Elle gratifia Lirya d'un sourire rayonnant avant d'enfin se séparer d'elle. Avant de mieux tourner sur elle même. Sa bonne humeur était si explosive qu'elle était communicative. Avec la plupart des gens. Car quand l'extra-terrestre nommé Liza arrivait chez les Faitbees ou Winterhoods, on ne savait jamais rien du résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lirya Sandman

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 23/07/2011

MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   Ven 26 Aoû - 17:58



~ Sujet clos ~
(après concertation par mp)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [X] Aux premières lueurs (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[X] Aux premières lueurs (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aux premières lueurs du matin... [Pv Joshua]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Synchronicity :: Ams Tram Gram :: Our Past :: Rp-
Sauter vers: